Faut-il être beau pour réussir

Version imprimable

FAUT-IL ETRE BEAU POUR REUSSIR ?

 

 

Depuis l'époque des Grecs, la beauté est un vrai sujet. Elle est standardisée selon les critères de beauté de notre époque, c'est-à-dire : être mince et grand, avoir un visage symétrique avec des traits moyens.

Nous vivons dans un monde des apparences, où les gens beaux semblent mieux réussir leur vie que les autres. Serait-elle une source discriminatoire envers les individus les moins choyés par la nature ?

 

***

 

*ECOLE*

La réussite scolaire.

Dès le plus jeune âge, la beauté génère une vraie discrimination: l'enseignant va privilégier l'enfant plaisant et sera davantage attentif et tolérant avec lui. En effet, l'instituteur pense que comme son élève est beau alors, il doit aussi être intelligent; ce qui n'est pas forcément vrai. Une étude a été faite, où ont été présentés à des individus, des enfants dits beaux mais ayant commis des vols. Ces individus ont été plus cléments envers eux qu'avec d'autres enfants moins plaisants. De plus, les professeurs ont parfois recours à la «note de gueule». Les enfants plus beaux ont alors de meilleures notes et appréciations de leurs professeurs. Aux Etats-Unis, une belle apparence vaut une année et demi d'études supplémentaires. L'élève au physique plus avantageux est donc plus confiant. La performance scolaire des jeunes est ainsi influencée par leur beauté.

 

*SOCIABILITE*

Leurs relations avec les autres.

A l'école, les enfants moins attrayants sont les premières cibles des enfants populaires et appréciés: ils sont considérés comme les souffre-douleurs et vus comme des menaces. En effet, à force d'être traités de façon négative, les personnes disgracieuses vont développer de la méfiance, seront tout le temps sur la défensive et vont devenir désagréables. Ces dernières auront du mal a s'épanouir. Leurs caractères incommodes se répercutent sur l'évolution de leurs carrières : elles n'arrivent pas à avoir des relations de confiance, ce qui pose problème dans le monde du travail. Tandis que les personnes attrayantes sont considérées comme plus drôles, plus sympathiques et plus chaleureuses. Ellles sont appréciées par leur beauté, on veut s'en rapprocher, qu'elles nous apprécient. Cette situation arrangeante les rend d'autant plus heureux et mieux dans leur peau. Elles deviennent plus amicales au fil du temps.

 

Leurs relations amoureuses.

Dans la vie amoureuse, la beauté c'est plaire au plus grand nombre et donc respecter au maximum les critères de beauté; C'est-à-dire la symétrie du visage, qui psychologiquement, va nous faire penser qu'une personne n'a pas d'anomalies génétiques et qu'on va donc pouvoir se reproduire avec elle.

Pour s'attacher à quelqu'un, il faut plus que de l'attirance physique. Il faut essentiellement de la compatibilité. Les personnes dites belles sont souvent plus exigeantes, sont habituées à avoir les choses plus facilement et vont provoquer plus de jalousie. Ce ne sont donc pas forcément celles que l'on va choisir pour faire un long chemin de vie. Les beaux sont perçus comme des amateurs de relations éphémères, utilisés pour du court terme. Chez les hommes, avoir un physique d'Apollon peut avoir des conséquences néfastes. Selon un sondage de Men's Health, 7 femmes sur 10 placent l'humour comme qualité primordiale qu'un homme doit avoir. Néanmoins, elles déclarent qu'un homme drôle ne deviendra pas leur mari car selon elles, qui dit « humour » implique manque de sérieux.

 

« L'impact que nous avons sur quelqu'un dépend à 55% de son visage, 38% de sa voix, et 7 % de ce que l'on dit donc si l'on se tait et que l'on a un beau visage, on aura un impact positif sur les autres »

 

*CARRIERE*

Le curriculum vitae.

Il arrive, fréquemment, que l'on demande à joindre une photo d'identité au CV. Elle est la première impression, de l'apparence physique, mais aussi une source discriminatoire.

Une technique à été utilisée pour mesurer objectivement la discrimination: le «testing». Elle consiste à envoyer des CV où l'on n’aperçoit pas le nom du postulant ainsi que son physique. D'ailleurs, la Halde (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité) a conseillé aux employeurs de ne plus réclamer de photo dans les CV. Le professeur Jean-François Amadieu a aussi eu recours à la méthode de testing. Il a envoyé un CV avec la photo d'un individu passe-partout, et un autre CV avec cette même photo mais où la tête du candidat a été déformée, version obèse. Résultats: une personne obèse, ayant les mêmes compétences qu'une personne dite normale, a 2 fois moins de chances qu'un concurrent «standard» d'être contacté. Pour un poste commercial, c'est 3 fois moins. Les belles personnes ont de ce fait, plus de chances d'être recrutées. Pour éviter cela, on peut tricher sur sa photo ou même la supprimer.

 

Embauche.

Le recruteur a tendance à se raccocher au moindre point commun qu'il se découvrira avec le postulant; ainsi naîtra de la première impression, un «effet de halo». C'est un flou qui cache aux yeux de l'employeur, le réel caractère du candidat qu'il a en face de lui. Pour un individu au physique avantageux, l'entretien d'embauche se passera plutôt bien puisqu'il est conscient de l'impression avantageuse qu'il aura produit. D'ailleurs, de plus en plus d'entreprises souhaitent que leurs salariés ressemblent à leur clientèle. Par conséquent, les personnes dites belles, normales sont avantagées et ont plus de chances d'être embauchées que les personnes dites laides et obèses.

 

Travail.

L'absence d'attirance physique serait considérée comme négative au bureau. Ceux qui ne répondent pas aux critères sont désavantagés aux portes de l'entreprise.

Le physique influe sur le niveau de rémunération. En effet, dans une étude réalisée par Daniel Hamermesh,professeur d'économie, il fait le lien entre l'apparence physique et la réussite professionnelle. Il a demandé à des gens de classer des photos d'inconnus par ordre de beauté. Les individus les mieux classés gagnaient en moyenne 160 000€ de plus que les individus les moins bien classés sur l'ensemble de leurs carrières.Les employés aux physiques avantageux gagnent plus. On peut alors désapprouver la célèbre phrase: «Ce n'est pas l'apparence qui compte».

Récemment, dans le magazine «En quête d'actualité» présenté par Guy Lagache sur D8, on y voyait une belle femme qui passait des entretiens, d'abord au naturel, puis enlaidie. La jolie femme a été présentée comme maladroite et moins compétente. Malgré cela, elle a décroché un emploi, qui a été refusé à son double, enlaidi.

Belle femme & femme enlaidie

 

Les personnes gracieuses sont avantagées à tous les stades de leurs carrières alors que les personnes dites moches, grosses et petites partent avec un handicap. « Les personnes trop enrobées doivent faire plus d'efforts pour démontrer leurs compétences» ou encore «les cadres de petite taille ont du mal à s'imposer car ils grimperaient plus difficilement dans la hierarchie» sont des stéréotypes qui prouvent que les individus enrobés et/ou petits souffrent de préjugés.

Du côté des femmes, être trop belle au travail suscite de la convoitise ainsi que de la jalousie venant des autres femmes. Les beaux sont avantagés dans leurs carrières professionnelles: ils sont plus promus, ont de meilleures primes et salaires. Pour certains métiers, un physique avantageux est objectivement un atout : une belle vendeuse dans un magasin de luxe par exemple.

*Moyens pour combler le manque d'élégance ?*

Beaucoup de personnes ont recours à la chirurgie esthétique, au bistouri, la plupart pour des raisons professionnelles. Elles pensent qu'être plus ou moins belles changera le cours de leur vie. Malheuresement, elle ne changera pas leurs caractères. Reste néanmoins que si le botox ne fait pas le bonheur, il y contribue fortement. Une solution moins brutale et plus économique peut être envisagée : voir des relookeuses et des conseillères en image professionnelle. Elles peuvent aider à faire oublier un air trop rigoureux grâce à des accessoires, donner une image dynamique à votre allure en dévoilant les parties fines du corps ou encore démontrer son charisme et son engagement par une gestuelle spécifique.

 

***

 

Je pense que oui, la beauté a une grande influence que ce soit dans la réussite scolaire, professionnelle ou encore dans la vie de couple. Néanmoins, le public veut voir un certain type de physique et rêve sur des mannequins retouchés... Il faudrait plutôt penser à faire évoluer les habitudes et goûts du public, en favorisant l'arrivée de personnes désavantagées, moins belles dans les pubs, les entreprises.

De plus, on devrait apporter plus d'importance à la beauté intérieure car il n'y a rien de plus plaisant que quelqu'un qui se plait à soi-même, se sent bien dans sa peau et s'assume !

A force de subir des moqueries, on finit par se conformer à l'image que les autres ont de nous. Au final, je me demande si la beauté ne serait-elle pas tout simplement une histoire de confiance en soi ?

 

Farah BENALI