Le diplôme, un passeport pour l'emploi?

Version imprimable

Le diplôme, un passeport pour l'emploi ?

 

Des individus très différents se rencontrent sur le marché du travail. On remarque que ce sont surtout les individus ayant des diplômes qui obtiennent un emploi même si ce dernier ne protège pas complètement du chômage. La poursuite d'études dans le supérieur participe à la formation d'un capital humain qui favorise la création de richesses. Néanmoins, on remarque que malgré la massification scolaire, le milieu social reste important dans les choix de scolarité des individus.

 

 

Le diplôme protège-t-il du chômage ?

Avec la crise actuelle qui a commencé en 2008, le diplôme n'est plus une protection totale face au chômage. Néanmoins, plus une personne a un diplôme élevé, plus elle a de chances d'être protégée du chômage. Un à quatre ans après la fin de leur formation initiale, 24.7% des bacheliers ont été touchés par le chômage alors que seulement 10.5% des étudiants en enseignement supérieur l’ont été en 2013. De plus, au cours des 10 dernières années, 22% des diplômés du supérieur ont été au chômage moins d'un an (cf tableau ci-dessous). Le diplôme ne protège en aucun cas du chômage cependant plus le niveau de diplôme est élevé moins la durée du chômage est longue.

Nombre de mois de chômage sur 10 ans, selon le niveau de diplôme (%)

 

Le diplôme permet-il d'accéder à de meilleurs emplois?

Avoir un bon emploi, c'est avoir un emploi qu'on a choisi mais c'est aussi être en CDI. Le CDI n'est pas le centre de documentation et d'information du lycée ! C’est un contrat à durée indéterminée. C'est la forme normale et générale du contrat entre un employeur et un salarié, qui permet d'avoir un emploi stable. Mais ce n'est pas souvent facile. Trois ans après la fin de leur formation initiale, 51 % des bacs +5 sont en CDI tandis que seulement 24% des bacheliers le sont. Néanmoins, pour ceux qui n'arrivent pas à décrocher un CDI, il existe d'autres contrats: CDD (contrat à durée déterminée), contrat aidé, intérim…

Un non diplômé ou un individu à faible diplôme a plus de chance d'occuper un emploi en intérim qu'un diplômé. 23% des non diplômés ont été en intérim tandis que seulement 2% pour les diplômés. En revanche, on ne s'en doutait pas, mais le BTS bâtiment est un profil très recherché notamment dans l'artisanat, l'industrie ou la vente, donc la protection face au chômage ne dépend pas seulement du niveau du diplôme mais aussi du type de diplôme. Les diplômes facilitent donc en général l'accès à un emploi mais cela dépend du secteur d'activité (s'il y a plus ou moins de demande) et de son niveau de diplôme mais surtout celui des autres candidats…

 

Le diplôme, un investissement rentable ?

La célèbre économiste Esther Duflo a réalisé une étude dont elle nous fait part dans son fameux livre Repenser la pauvreté. Son étude consistait à comparer les revenus des adultes plutôt jeunes ayant bénéficié de l'école à ceux des générations précédentes qui eux n'en avaient pas profité (en Indonésie). L'épouse de Abhijit V. Banerjee a constaté que les revenus de ceux qui ont bénéficié de l'école étaient supérieurs d'environ 8% à ceux qui n’en avaient pas bénéficié. C'est à la fois une augmentation de revenus mais aussi une augmentation d'investissement en capital humain. Le capital humain est l'ensemble des qualifications et compétences professionnelles qui permettent la création de richesses. Ces investissements humains ont beaucoup de bénéfices. Ils permettent l'obtention d'un emploi plus ou moins stable et la détermination du niveau de salaire.

De plus, on le remarque, de plus en plus d'élèves accèdent à une scolarité plutôt longue. On appelle cela la massification scolaire. La massification scolaire est un processus dans lequel de plus en plus d'élèves accèdent à une scolarité plutôt longue alors qu'auparavant elle n'était pas accessible. L'égalité face à celle-ci n'est pas réalisée étant donné que de nombreux pays n'ont pas la chance d'avoir l'école gratuite et d’en permettre donc l’accès au plus grand nombre. Pourtant, l'éducation doit être vue comme un investissement, c’est-à-dire le moyen de produire des revenus futurs.

Enfin, afin d'avoir une réponse plutôt claire à notre question, oui le diplôme reste tout de même un passeport pour l'emploi.

 

DIARRA Khady